life

 

À quel moment doit ton faire le deuil de notre vie de célibataire, de notre vie avec les autres hommes ces amants bien-pensants toujours pressentent pour nous aider à surmonter une nuit froide.

On en oublie les nuits courtes et moites à attendre que l’autre s’endorme pour filer à l’anglaise. On en oublie toutes ces nuits d’insomnie à regarder le plafond en se demandant qui nous aimera vraiment pour ce que l’on est.

Aujourd’hui je fais le deuil, les souvenirs affluent, remontant de mes pieds passant par mon estomac pour me former une boule dans la gorge.

Ils me manquent, ce n’est pas un en particulier mais ce sont tous les moments qui me manquent.

Les nuits alcoolisées à marcher et à rire de l’autre
Les journées l’estomac retourné mais la libido reposée

Je me souviens de vous, je me souviens des premiers regards, des balades à moto, des verres de shooter, et de vos mains caressant mes seins.

Peut-être est-ce tout simplement le temps qui fait que les souvenir s’étiole pour devenir merveille que leur écran de fumer devient parfum envoûtant et que leur main bien mal poser procure un manque douloureux.

Je n’en ai pas connu des centaines je n’en ai pas connu des milliers, je vous ai juste connue vous, qui avaient su prendre en partant une petite part de moi et laisser ici une petite par de vous je ne pense pas que cela soit douloureux, pour vous.

L’esprit humain et parfois compliqué, il se tord se froisse ce distant pour faire remonter le temps. Nul besoin de machine, de sortilèges fermés les yeux et respirés cet air rempli de souvenir, sentez, votre peau frissonnée retrouvez les images, les émotions que votre corps vous donne.

Je pense avoir toujours connu des hommes qui si je ne l’ai pas aimé, j’eus pour eux de l’affection sincère. Ils n’ont pas tous été bons, respectueux envers cette affection. Mais sans détour je le dis, je ne vous regrette pas.
Je ne regrette pas ces longues années d’errance avant de trouver celui qui m’accompagne.

Je ne regrette rien de ces moments ou l’esprit au vent je voguais vers de nouveaux horizons.

Aujourd’hui, je ne vogue plus je suis stabilisée près d’un bateau de croisière, il a vu des tempêtes il a vu des naufrages mais maintenant, ensemble nous allons essayer de rentrer à bon portHaut du formulaire

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :